Fin de la saison à l’Atelier

 

Nous voici déjà au terme de notre saison et nous serons heureuses de montrer les travaux réalisés depuis septembre. Nous avons oeuvre sur le thème « Vues du Ciel  » ou encore « Vu du ciel ».

Des travaux variés ont émergé : perlage, broderies, quilt, art textile… tous les coups sont permis. Paradoxalement, plus le sujet est vaste, plus les pièces sont petites. Nous vous montrerons donc surtout des petits formats. Mais, ne vous y trompez pas : cela demande tout autant d’investissement, de travail et les difficultés sont ailleurs..

Nous vous attendons du 24 au 27 avril, chaque après-midi de 14h à 18 heures.

Exposition ouverte à tous

 

 

 

Une exposition lumineuse et paisible : Maryvonne LEFEBVRE

17 ans de travail pour Maryvonne lui ont permis d’avancer sur une route textile variée. Issue du patchwork traditionnel, elle s’est laissée guidée pour travailler et apprivoiser sa machine à coudre. Ensuite, c’est la découverte des matières variées, de n’être pas obligée de se laisser enfermer dans le marketing du patch mais oser et apprendre à travailler les matières surprenantes parfois, différentes assurément. C’est aussi se faire confiance et regarder : plus de gabarit ! Voici résumé en quelques mots, ce parcours. La dernière étape consiste à oser montrer tout ce que l’on a fait durant ces années, l’offrir au regard des autres et s’apercevoir du chemin parcouru.
Exposition à l’atelier jusqu’au 5 avril 2019.

Tel un tableau de Friedrich
Quand la peinture et le textile se rejoignent

 

Le kantha de Maryvonne

 

 

 

 

Une année dense pour les murs de l’atelier

 

Depuis le début de l’année 2019, nous avons redécouvert des écritures textiles délicates, colorées et subtiles.

 

Yannick FOUBERT SCHALK a rassemblé tous les travaux qu’elle fait avec moi en atelier textile depuis plus de 15 ans. Nous avons retrouvé une route variée, retrouvé de grands moments de rire, de surprises.

 

Les premiers travaux avec les tissus qui fondent, le piqué libre… autant d’aventures qui nous ont forgé une amitié.

 

Extrait d’un travail autour des Ecorces : tissus synthétiques, tricot de matières, un petit passage à la chaleur thermique…

 

 

 

Il s’agissait ici de donner l’idée de la caravane : réalisation des pochoirs, broderies pour les reliefs…

 

 

 

LES ENLUMINURES A L’ATELIER

Janick Leveau et Eveline Pape ont embelli les murs de l’atelier durant le mois d’octobre.

Les enluminures traditionnelles ont donné le ton et ouvert la porte à des créations plus personnelles, épurées.

Nous avons assisté à des démonstrations et admiré la dextérité et la délicatesse d’un savoir faire ancestral. Les échanges ont permis de découvrir une écriture éloignée de nos travail autour des fils mais l’acte de création et le recherche sont bien entendu, les mêmes.

TRACES – Les Annuelles à Monod 2018

Avec Els VAN BAARLE et Cherilyn MARTIN

 

L’édition annuelle des Annuelles à Fil O Maine est composée sur le thème de TRACES. Trois regards se sont posés sur ce sujet pour habiter cet espace du Parc Monod au Mans, inscrivant une nouvelle dimension de ce lieu emblématique de la ville.

 

Els VAN BAARLE et Cherilyn MARTIN ont relevé le défi. Leurs oeuvres sont très personnelles, avec des couleurs délicates et fortes en même temps.

 

Els nous impressionne par son œil de coloriste. Les grands formats nous permettent d’entrer dans les œuvres, de se laisser emporter par l’atmosphère qui s’en dégagent. Les couleurs sont celles de son territoire. Les sérigraphies nous interrogent sur le rôle de l’écriture dans nos vies quotidiennes. A travers la pièce WORDS, nous nous interrogeons sur l’absence ou la idsparition de courrier dans notre civilisation. Son travail sur les mots de Chine, nous donne à regarder les traces de l’écriture. On ne peut la lire et son sens premier se perd. Mais, le design et le graphisme nous fait lire un texte personnel. C’est aussi le sens des graffitis sur les murs. Tracés, oubliés, disparus, ils ne sont plus que signes que l’on peut s’approprier pour écrire une nouvelle histoire. Les couleurs de Els sont bien proches des peintres hollandais. Certaines de ses compositions ont des gammes de tons identiques à « La jeune fille lisant à la fenêtre » de Vermeer. Influence d’un territoire ?

 

Le travail de Cherilyn nous séduit par la façon de jouer le papier. Les techniques mixtes qu’elle déploie, nous font oublier les supports : papiers, tissus ne font plus qu’un pour rendre l’aspect de la pierre, du mémorial. Les lettres gravées sur les tombes, sur les anciens murs sont présents, modernes. Les textes choisis nous ramènent également au temps qui passe, à notre passage, à notre vulnérabilité. Que reste-t-il de chacun ensuite ? Quelle trace de nos vies ?

Pour ma part, la trace se retrouve sur les vieux murs des villages que j’aime visiter. Les superpositions de peintures, de mousses, de végétaux, d’enduits créent un véritable millefeuille de matière. Je suis frappée de ces noms de villes si empreints de savoir faire : Aubusson, Thiers, Beauvais…. et des autres nombreux villages à travers nos régions, et qui semblent abandonnés lorsqu’on les visite. Cela m’impressionne et c’est cela que je veux rendre. Mais aussi, les lumières d’un nouveau temps qui se lèverait sur ces techniques anciennes, qui revivraient grâce à des passionnés qui voient dans notre monde actuel, la possibilité de faire d’autres choix. Je veux y mettre l’admiration pour les générations de mains qui ont travaillé pour créer des outils, des matières au service du « bel ouvrage ».

Notre exposition est visible au Parc Monod – 117 Bd Chantrel – 72000 LE MANS

Du 7 au 30 septembre 2018

Œuvre de Cherilyn MARTIN

 

 

 

 

Un printemps formidable

Diverses sollicitations m’ont permis de vous rencontrer nombreux sur différents sites. Merci à ceux qui ont créé ces rencontres.

 

Galerie THUILLIER – PARIS 2018 en février pour le prix du jury puis le prix de la galerie-

Arts – Sciences – Lettres en avril dernier – Galerie THUILLIER

Art Shopping Deauville en avril avec Mécenavie

BIAT de Villefranche sur Saône du 11 au 15 avril également,

Fin de la Saison à l’atelier du 17 au 22 avril.

En mai, ARTSHOPPING au Carrousel du Louvre.

Festival des Arts Plastiques en Aout 2018

 

J’ai été très heureuse de vous rencontrer, de discuter avec chacun de vous et d’élaborer de nouveaux projets. Merci à tous et je serai heureuse de vous retrouver pour la prochaine exposition aux Annuelles à Monod en compagnie de Els VAN BAARLE et Cherilyn MARTIN : venez nous voir !v Du 7 au 30 septembre prochain – le mans Annuelles à

 

 

 

 

Galerie Thuillier – 2018

 

Fin de saison à l’atelier

Du 17 au 22 Avril 2018 de 14h30 à 18 heures, chaque après-midi

 

Depuis le1er septembre, nous avons beaucoup œuvré avec nos fils et nos aiguilles.

Nous avons choisi nos couleurs, testé nos points, trié les fils, essayé des matières et les techniques, échangé autour de nos travaux. Nous sommes prêtes à vous montrer le résultat de ces conversations et à partager avec vous ces expériences. Nous sommes heureuses de vous accueillir du mardi 17 au 22 avril 2018, de 14h30 à 18 heures au studio 126. Venez avec vos amies : nous aimons discuter et partager nos aventures textiles.

Voici quelques pièces en cours, pour vous donner envie, nous l’espérons. Ce ne sont que quelques images de travaux en cours, ou des détails des plus de 50 pièces qui vous seront montrées.

A très bientôt,

 

 

Anne démarre cette année avec nous. Un livre vous racontera ses interprétations des dunes de sables. Délicatesse de la palette, raffinement des broderies.

Maryvonne s’est laissée surprendre par l’ambiance de ce tissu teint pour un rendu poétique et minimaliste.

Les jeux de tension de la broderie ont surpris Marie Annick, créant ainsi une surface ajourée.

Le travail des peintres est toujours source dans l’atelier, d’une grande admiration. Les interpréter, tel les musiciens qui reprennent leurs partitions, est un exercice exigeant. Il faut garder l’esprit, l’ambiance et la qualité de ce travail. Ici Brigitte s’est essayée aux Noirs de Soulages.

Nicole aime la couleur, les formes rondes. Inspirée par un set de table entrevu lors d’une promenage, elle a décidé de travailler cette atmosphère en application et cerne. Ambiance empriente de naïf, dépaysante et ludique.

Broderies, teintures et altérations

Marie Laure nous parle du Perche, sa région de prédilection.

Marie Claude aime son jardin. Il était donc naturel de travailler à la feuille frappée, puis d’inclure des broderies et du végétal. Pièce toute en délicatesse, douceur de l’atmosphère.

Travail de texture pour ce tout petit format. Ce sont les propositions des kits qui seront disponibles sur le stand de l’atelier à Quilt en Beaujolais, et aussi durant l’exposition au 126.

 

 

 

 

Exposition de Patricia JOUTEUX

Studio 126 jusqu’au 6 avril prochain

 

Patricia est brodeuse. Arrivée à l’atelier depuis presque 10 ans, elle avait déjà en main le doigté et l’oeil de la brodeuse. La grue en point de bourdon ne demandait plus qu’a être mise en scène. Depuis toutes ces années, Patricia s’est familiarisée avec les jeux de fils et de matières. Plus de frein pour un travail toujours très exigeant et fignolé. Sa passion pour la peinture est ici mise en scène avec les fils, les teintures, les matières. Van Gogh, Matisse, Cathelin et les autres seraient assurément heureux de ses interprétations car, tel les musiciens, Patricia joue la symphonie des couleurs. Les livres d’enfants sont aussi une belle source d’inspiration, omniprésente dans son travail souvent destiné à ses petits-enfants.

Vous pouvez voir l’exposition jusqu’au 6 avril : jeudi et vendredi de 14 h à 18 heures, mardi matin de 9 à 12 heures.

 

Vous pouvez voir l’exposition jusqu’au 6 avril : jeudi et vendredi de 14 h à 18 heures, mardi matin de 9 à 12 heures.

 

Le Pays d’En Haut

sélectionné par l’A.S.L. puis exposé a la Galerie Thuillier – Paris du 6 au 12 avril 2018

 

C’est avec grand plaisir que deux créations sont exposées a la Galerie Thuillier depuis quelques jours. La première parle de mon observation de nos campagnes. Sillonner la France est actuellement source de grandes interrogations sur l’avenir de nos territoires, notre patrimoine culturel et des savoir-faire qui sont omniprésents dans nos régions. Je découvre des villages impressionnants mais vidés, abandonnés.

Artisan d’art, je suis fascinée par le geste de la main. La richesse des métiers d’art se trouve parfois au fond d’ateliers cachés et que l’on vient voir comme autant de curiosités.

 

Dans cette pièce, je souhaite utilisé les tissus anciens et surtout, ne pas les cacher, faire semblant. En les observant, on peut y voir des déformations, des reprises, parfois un fil usé. C’est bien cela qui me parle, qui témoigne d’une vie, d’une histoire. Je veux que la matière vive pour elle même et c’est aussi mon souhait pour les médiums que j’utilise dans ces créations. Il s’agit de les prendre pour eux-mêmes, avec leurs textures, leurs empâtements. La rouille est est un élément glané lors de mes déambulations. Créer de la rouille a-t-il un sens ? Non, les éléments du passé sont là, sous nos yeux et nous transmettent des bribes d’existences de l’autre.


La vie contemporaine est aussi source d’inspiration. Les skylines sont fascinantes dans ces villes modernes, elles se détachent fièrement sur l’horizon à la fois frêles et fragiles avec un air conquérant. Les couleurs jouent avec le soleil, le ciel plombé et les reflets. Cette vue de New York sur la bateau qui nous éloigne est absolument inoubliable.

 

 

 

Biennale Internationale d’Art Textile

Villefranche sur Saône du 11 au 14 avril 2018

http://www.biat-quiltexpo.com/speaker/genevieve-adeux-verrier/

 

J’aurai le plaisir de vous retrouver sur le stand, coté exposition au salon de Villefranche sur Saône.

Venez sur le stand participer à une œuvre collective qui vous prendra quelques minutes lors de votre passage et laissera une trace de votre venue : surprise … Je vous présenterai les borderies et pièces en art textile que je réalise pour cette manifestation.

« Passionnée d’histoire, je conjugue au présent les savoir-faire traditionnels pour susciter les créations de demain. Ma formation de tapissière et les rencontres artistiques m’ont permis d’apprivoiser la matière textile. La connaissance des traditions et la maîtrise de nouvelles techniques s’entremêlent dans mes créations.

Dans mon atelier, j’associe les éléments et travaille les impressions pour donner du sens à la matière. Sérigraphie et broderie se conjuguent aux teintures, le travail à la main se mêle aux marques de la machine à coudre, le tout au service d’une expression. Les matériaux se superposent, s’empilent jusqu’à créer des atmosphères, des textures. Les outils sont variés, générant un travail de recherche permanent.

Ma passion des métiers d’art me conduit à découvrir bien des lieux de nos provinces, des villages quelque peu oubliés, cependant riches de savoir-faire ancestraux. Les murs, les portes, les peintures écaillées sont autant de traces qui m’émeuvent. La mémoire des vies, des gens qui ont fait vivre ces maisons, qui ont raboté ces merveilleuses portes faites de planches de bois que le temps n’épargne pas, les murs aux multiples couches de papier peint, le végétal qui emplit les moindres fissures, les graffitis que le temps essaie de gommer sont autant de sources d’inspiration. Les sketchbooks, les échantillons sont des passages obligés pour collecter les idées, les impressions avant d’œuvrer en grand.

 

Le textile est le reflet du réel, il lui donne une forme et en rehausse les couleurs. Le plaisir du geste, la musique du fil qui passe entre les fils de trame et de chaîne, l’odeur des matières, le jeu des couleurs lors des teintures sont aussi le lien qui m’unit aux brodeuses des générations passées, un lien avec le monde entier puisque nous parlons un langage universel. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exposition à l’atelier

Nelly et Jean Louis DERRE jusqu’au 23 février 2018

 

C’est avec grand plaisir que j’ouvre les portes de l’atelier à Nelly et Jean-Louis pour une exposition variée et complémentaire.

Nelly travaille avec moi depuis 10 ans. Après avoir testé plusieurs techniques, appris et découvert la broderie contemporaine lors des cours de l’atelier, sa proximité avec les matériaux naturels l’entraine vers des créations personnelles délicates. Elle travaille en miniature, obligeant le visiteur à s’arrêter véritablement pour regarder de l’intérieur ses réalisations.

Jean Louis a tout d’abord beaucoup peint. Après quelques cours dans différents ateliers au Mans pour apprendre là aussi, matières et techniques, il s’affranchit maintenant de l’apprentissage pour aller vers des créations très personnelles et abstraites. La couleur envahit la toile et vous emmène dans des rêveries. Une autre de ses passions est la sculpture et sa rencontre avec Régis Pedros, lui donne des envies de sculptures en grand format.

 

Poussez la porte de l’atelier : cette exposition est là pour vous.

Jours d’ouverture de 14 h à 17 h, voir sur la pièce jointe ci-dessous :

Invitation N & JL DERRE Janvier 2018

Rectificatif : atelier fermé le samedi 27 février

 

Le voyage de Fil Ô Maine

Novembre 2017

Durant cinq jours, nous avons sillonné les routes du centre de la France, à la découverte des Métiers d’art et de l’histoire de cette région. Nous avons admiré le travail des Grenadières, découvert à Annonay le travail du parchemin, visité un espace plus contemporain à Firminy. La verrerie de St Just St Rambert nous a également permis de comprendre ce qui fait la qualité de ces verres. Le trésor brodé du cloître au Puy en Velay et les dentelles de Brioude nous ont fait entrer dans un monde de délicatesse et de finesse.

Vous trouverez dans quelques jours, les comptes rendus et images de ces rencontres riches, nous ouvrant le regard sur les techniques de l’autre, nous introduisant aux subtilités du travail d’autres pratiques y compris la conduite sur la neige d’un grand car pour se rendre sur le site de Ardelaine, coopérative lainière à St Pierreville.

L’atelier va maintenant reprendre son rythme habituel, ponctué pour le moment par le spectacle de l’atelier de Laval à partir de dimanche prochain.

Le Grand Hotel Medicis

Spectacle musical, chant, lu et dansé.

Voici le nouveau projet de l’ensemble vocal Una Voce : Associer les différentes passions des participants à savoir chant, musique, lecture, danse et art textile. Le spectacle est mis en scène par Emmanuel Ménard, la direction musicale de Christiane Godeau et nous voici embarquées sur de nouvelles aventures. Nous devons créer un décor qui donne une ambiance grand hôtel début XXème, entre luxe et raffinement. Nous avons choisi de partir des tableaux de Klimt, peintre tout à fait textile, et nous avons conçu des paravents qui s’harmonisent parfaitement avec les murs blancs de la chapelle du Lycée Ambroise Paré à Laval ou sera donné le spectacle.

Impressions textiles et mise en couleurs, applications et petits points, effets de faux marbre… nous avons joué les matières, les outils en tentant de garder le style personnel de chacune des participantes de l’atelier textile. Klimt est un prétexte pour travailler les couleurs saturées de doré, des matières précieuses. On peut le voir chargé ou épuré, tous les coups sont permis. La magie de ce travail est de voir l’harmonie qui se dégage ensuite, lorsque le décor se met en place.

Synopsis : Au Grand Hôtel Médicis se croisent les arts, les époques, les genres et les inspirations. La danse ancienne voisine avec des chorégraphies modernes ; les musiques de
Monteverdi et Purcell côtoient celles de Gainsbourg et Cosma, Offenbach et Satie dialoguent avec Caccini et Prétorius ; les textes de Joyce et Baudelaire font écho à Aznavour ou Thomas Fersen… Du princier mariage de Ferdinand de Médicis et Christine de Lorraine en 1585 à l’atmosphère feutrée et un peu léthargique d’un hôtel balnéaire, quelque 400 ans plus tard, peut-être est-ce la même histoire qui continue de s’écrire sous les auspices de la musique, de la danse, de la littérature, du théâtre… et d’un destin facétieux et obstiné…

 

Dimanche 26 Novembre 16h
Samedi 2 Décembre 20h 30
Dimanche 3 Décembre 16h
Chapelle du Lycée Ambroise Paré de Laval
Adulte : 12 € / Enfant 10 €
Réservation : Librairie Corneille

Les Annuelles à Monod : L’exposition des œuvres d’Alice FOX

J’ai eu beaucoup de plaisir à mettre en scène les oeuvres de l’artiste Alice FOX dans le cadre hors du temps du Parc Monod.

La proximité avec le parc donne tout son sens à cette exposition qu’on pourrait qualifier de Land Art Textile. Les impressions et collagraphies aux tons chauds sur la soie, jouent avec la lumière de la salle. Les grandes pièces se fondent avec les murs et l’ensemble nous invite à marcher, à une promenade véritablement.

L’Ensemble Singulier Pluriel est venu nous mettre dans l’ambiance anglaise jouée sur des instruments anciens devant les participants des ateliers que j’anime et que je remercie de leur intérêt pour ce langage.

Les Annuelles à Monod : plus que quelques jours pour découvrir les œuvres d’Alice FOX

Du 7 au 29 octobre, les créations d’Alice FOX, textilienne anglaise s’accrocheront sur les murs du 117 au Parc Monod. Son travail nous parle de la nature, du temps qui passe et naît de ses promenades quotidiennes. Les objets glanés s’invitent dans les matières et se mêlent aux broderies, suscitant la création de texture. Les objets métalliques revivent sous nos yeux. La rouille fait des marques, des empreintes avec lesquelles l’artiste joue, créant de véritables impressions textiles. Ses œuvres sont toujours vivantes sous nos yeux . Elles sont aussi un écho aux murs chargés d’histoire de ce lieu d’exposition, et la proximité du parc donne tout son sens au travail autour de la nature de cette artiste.

 

Lors du vernissage, nous accueillerons l’ensemble de musique ancienne « Singulier Pluriel » qui jouera des airs traditionnels anglais.

 

 

 

invitation nature brodée

Nature brodée par Alice FOX

Du 7 au 29 Octobre 2017 – Le Mans – France

 

Nous comptons maintenant les jours qui nous séparent de la découverte des œuvres d’Alice FOX !

Pour vous faire patienter, voici l’invitation au vernissage qui se tiendra le vendredi 6 Octobre 2017 à partir de 18 Heures.

Pour cette occasion, les musiciens de l’Ensemble Singulier Pluriel, nous ont préparé un programme de musique anglaise à déguster sans modération.

Nous vous attendons pour ce moment de convivialité.

 

invitation nature brodée

Nature brodée par Alice FOX

Du 7 au 29 Octobre 2017 – Le Mans – France

 

L’artiste anglaise Alice FOX nous fait le plaisir de répondre à l’invitation de l’Association Fil 0 Maine. Nous aurons l’honneur de vous présenter ses œuvres au 117, lieu d’exposition du Parc Monod au Mans du 7 octobre au 29 octobre, tous les après-midis sauf le lundi.

C’est un regard posé sur notre quotidien, les objets qui s’installent devant nous lors de nos promenades et déambulations quotidiennes. C’est aussi une autre façon de penser broderie, fils. Ce regard moderne utilise les techniques traditionnelles pour parler de notre vie actuelle, assemble et faire des livres de rien….Le lieu se prête tout particulièrement à ce langage et nous sommes impatients maintenant, d’installer ses œuvres.

L’exposition est ouverte à tous, et nous comptons sur vous pour faire passer l’information.

Nous remercions la ville du Mans pour son aide précieuse dans l’organisation de ce nouvel épisode de Fil O Maine « Les Annuelles à Monod »

Pour découvrir le travail d’Alice : www.alicefox.co.uk

 

 

Le monde de Léa au 126

Du 1er au 30 septembre 2017 de 14h à 17 heures sauf les weekends.

Le 126 prête ses murs à Léa afin qu’elle expose ses premières pièces personnelles. Entre ses études à l’Ecole Duperré et son cursus à la Sorbonne, Léa est venue compléter sa formation au 126 sur des techniques particulières : piqué libre, broderie machine, travail sur les hydrosolubles. Elle nous présente le résultat de ces journées de stages, inspirées de ses recherches dans le cadre de son cursus de Design Textile à Duperrré. Les formations se complètent pour réussir à trouver un langage personnel. Je suis heureuse de l’avoir accompagné lors de ce passage et ai hâte de voir fructifier toutes ces propositions.

 

Venez l’encourager. Voici quelques images de ses réalisations :

Exposition au Moulin Pousset

Jusqu’au 17 juillet 2017 –

Depuis le début de l’année, je prépare cette exposition proposée par André et Marie Clément au Moulin Pousset (Chateau du Loir – 72).

Le lieu est inspirant et la qualité de l’accueil nous donne envie de donner des belles pièces à ce lieu chargé d’histoire.

C’est dans cet état d’esprit que j’ai pris mes aiguilles. Bien sûr, je pourrais vous parler de technique, de points, de matières… mais j’ai surtout envie de vous inviter à une promenade. Qu’elle soit urbaine ou bucolique, l’idée est de regarder ce qui nous entoure : les vieux murs, les maisons porteuses de tant d’espoir, d’histoires, et moments de vie si importants… mais aussi, le végétal qui magnifie le bitume avec ces beaux contrastes et vert sur ce noir, et puis le bleu de l’eau présente aussi au pied de ce moulin.

Bien sûr, je pourrai vous parler de la façon d’aller aux couleurs dans mes pièces mais qu’importe qu’elles soient de teintures d’une sorte ou d’une autres ! Je vous invite plutôt à vous laisser bercer par l’aube et ses couleurs si délicates, par le regard d’un bord de mer avec ses bleus et ses sables si subtils….

Promenez vous, ne cherchez pas toujours à décortiquer les constructions textiles, laissez vous porter par l’ambiance que j’espère vous trouverez dans ces moments au pays des couleurs et des matières. Ecoutez Marie, la maîtresse des lieux vous raconter le moulin, visitez le musée de la projection d’André.

Merci aux nombreux visiteurs du vernissage d’avoir été si présents, merci à André et Marie pour cette invitation.

Lien pour voir les images de l’exposition : https://goo.gl/photos/rgfW7E4vQGefEu6c6

Contact Moulin Pousset : 02 43 46 90 24 – moulinpousset@orange.fr

 
 

 

Du papier et/ou du tissu ?

La proximité entre les deux matériaux supports que sont le tissu et le papier s’observe par la fabrication et l’histoire de ces deux supports. Leurs modes de fabrication s’apparentent dans les évolutions, les techniques qui se développent au cours des siècles. Le papier fabriqué à partir de fibres végétales est arrivé en France au XIVe siècle mais avait été inventé par Tsai Lin en Chine bien avant. Et de nos jours, le papier est principalement basé sur la cellulose du bois, matériau disponible tout au long de l’année. Il est remarquable que la fabrication du papier va dépendre des tissus. La pile hollandaise créée au XVIIème siècle (Visitez le Moulin de la Rouzique), puis, le travail de la cellulose nécessaire au papier, servent de base à la recherche pour la création de nouveaux textiles. Ils pallient le manque de matières premières. La demande de fibres textiles à base de cellulose est en croissance constante pour trois raisons : une exigence plus prononcée concernant la qualité des vêtements, la nécessité de répondre aux besoins d’une population en augmentation et l’intérêt pour les propriétés spécifiques, notamment hygroscopiques et hygiéniques, des fibres à base de bois. Hilaire de Chardonnet a crée la première fibre Viscose en 1884.

Un autre lien est l’omniprésence de ces deux matériaux dans notre quotidien. Même à l’heure du numérique, il est difficile d’imaginer ce monde sans papier, sans l’objet Livre, support de notre pensée. De même, notre vie de tous les jours est textile. Le tissu est une image de nous-mêmes, un représentation de ce que nous donnons à voir de nous-mêmes aux autres. Ces deux matières sont de notre quotidien, le prolongement de nos vies et de nos esprits. Ils sont si présents dans nos vies qu’ils en deviennent transparents.

Le plaisir textile consiste à prendre des tissus porteurs d’histoire, des vêtements portés, des draps tissés artisanalement, qui portent une trace de la main qui les fabriquent. Il en est de même pour le papier. Les vieux livres, les anciens écrits, actes notariés par exemple, nous racontent une histoire, des vies. Il est remarquable de voir que l’impression sur le tissu et sur le papier, se rejoignent dans les modes opératoires, les gestes à mettre en œuvre.

Nombreux sont les artistes qui sont joués de ces matériaux : les tenues de papier de Paco Rabanne, les robes Grand Siècle de Isabelle de Borchgrave, les tenues de scène de l’opéra de Christian Lacroix mais aussi les reprises des motifs de dentelles sur les tableaux de Philippe Guesdon.

Travailler les papiers, c’est aussi s’inscrire dans un nouveau regard sur la matière du quotidien. Combien d’emballages devons-nous jeter chaque jour faits de ce papier, carton ?

Ces tissus de papier se brodent et obéissent aussi bien à nos doigts que les autres matières textiles. Ils se répondent parfaitement et ont aussi bien des histoires à nous raconter.

La peinture à l’encaustique

La peinture à l’encaustique apporte du mystère et révèle de nouveaux aspects de nos matériaux. Mélange de cire et de résine, elle enrichit de transparence nos surfaces. L’altération des qualités propres des matériaux de base, ouvre un chemin de recherche d’effets. Ce travail à chaud m’attire tant par le rendu sur les matières, que par les gestes. Cela pose la réflexion sur nos choix artistiques. Le langage est une chose qui se fait en complémentarité avec le plaisir du geste, la force de la main et son aisance. On peut parler de l’action painting pour cette technique. Travailler l’encaustique génère des situations éloignées des habitudes des brodeuses ou textiliennes : œuvrer à chaud, liquidité de la matière qui se fige rapidement, possibilité de travailler en couches superposées puis de recommencer…. Là où la broderie est l’éloge du temps, d’une certaine lenteur, l’encaustique nous demande d’agir vite.

[wdi_feed id= »1″]